Casino-sans-depot.info Retrouvez l'actualité des casinos qui proposent des bonus gratuits.

Le régulateur philippin décerne deux nouvelles licences iGaming malgré les menaces de Pékin

Par Jean-Pierre Durand, le 28/08/2019

L'organisme de réglementation des jeux en ligne philippin, le Philippine Amusement and Gaming Corporation (PAGCor), un organisme d'État, aurait délivré des licences à deux opérateurs de jeux en ligne moins d'une semaine après avoir mis en œuvre un gel temporaire du traitement des nouvelles certifications. Comment expliquer cette décision paradoxale ? Décryptage… 

Le PAGCor délivre deux licences d’exploitation dans un climat de tension 

Selon un récent rapport, l’octroi de deux nouvelles licences iGaming par le régulateur philippin, le PAGCor, a été annoncé par Victor Padilla, un haut fonctionnaire rattaché à ladite commission de régulation. En effet, l’annonce a été faite vendredi dernier lors d’une réunion de la Commission des Crédits de la Chambre des Représentants. Selon le rapport, le PAGCor aurait d’ores et déjà distribué 60 certifications à des opérateurs de jeux en ligne certifiés POGO (Philippine Offshore Gaming Operator). À ce jour, seuls 48 de ces certifications sont jugées actives. 

Tandis que le PAGCor avait communiqué sur l’arrêt provisoire du traitement des demandes de licence le mardi 20 août dernier, le régulateur aurait plus tard expliqué que trois entreprises attendaient toujours l’approbation de leur demande de licences POGO. Selon notre confrère CalvinAyre.com, les deux derniers licenciés seraient des opérateurs mondialement connus mais nouvellement certifiés aux Philippines. Quant au troisième, on ne sait encore rien sur son identité. 

Le gouvernement philippin subit en ce moment les pressions de la Chine 

Ce qui demeure paradoxal, c’est que les Philippines avaient pourtant décidé de cesser d'accorder de nouvelles licences iGaming après avoir subi des pressions de la part de la Chine, le gouvernement de Pékin étant convaincu que les opérateurs nouvellement certifiés ciblent illégalement des résidents de la nation la plus peuplée de la planète. En outre, les autorités chinoises seraient particulièrement troublées par la mise en place de paris de type « proxy betting », des paris par procuration qui permettent aux joueurs de miser dans des casinos terrestres en temps réel à l’aide de leurs smartphones.

À ce sujet, Victor Padilla a déclaré devant les législateurs que les dispositions fixées dans le cadre des licences POGO interdisent formellement les opérateurs iGaming de diffuser des jeux d’argent en ligne en streaming dans les pays qui ne tolèrent pas ce type de produits. Malheureusement, ces prétextes ne rassureraient pas du tout Pékin. En effet, la semaine dernière, le porte-parole du ministère chinois des Affaires Étrangères, Geng Shuang, a exhorté les Philippines à « interdire tous les jeux d'argent en ligne » afin que les deux pays puissent « éradiquer conjointement toute activité criminelle, notamment les jeux d'argent en ligne illégaux et la cyber-fraude ». Ce plaidoyer a précédé un rendez-vous qui est prévu entre les dirigeants des deux pays plus tard cette semaine.

Le régulateur philippin décerne deux nouvelles licences iGaming malgré les menaces de Pékin image

Derniers articles

Sites à voir !

Publicité